L’intolérance alimentaire : comment et quoi faire ?

Comment  identifier vos  intolérances alimentaires éventuelles  et surtout quoi mettre en place  pour les combattre et petit à petit  vous sentir beaucoup mieux  et vivre mieux, au quotidien.

L'intolérance alimentaire gluten lactose

Quelles sont les symptômes d’intolérance alimentaire

La  première chose à savoir c’est identifier les  symptômes d’une intolérance alimentaire.  Il ne faut pas confondre la  sensibilité ou l’intolérance à un aliment  et une allergie, qu’elle se  manifeste de manière très sévère,  très immédiate.  Une sensibilité ou une intolérance ce sont des  symptômes plus discrets,  plus chroniques,  et qui peuvent vraiment arriver petit à petit  et vraiment causer beaucoup de  problèmes à long terme.

 On va  par exemple observer des  maux de tête, de la fatigue,  de la dépression,  de l’anxiété, évidemment des troubles  digestifs comme des ballonnements, des  gaz, des diarrhées, et  surtout un mal-être quotidien,  une fatigue morale  et physique qui peuvent vraiment  être très pénalisant  dans la vie de tous les jours.

 Si vous vous  reconnaissez dans plusieurs de ces symptômes,  il est probable, ou en tout cas possible  que vous soyez victime d’intolérance ou de  sensibilité à un aliment. 

Comment identifier l’aliment en cause

Le  premier moyen, le plus évident,  c’est de faire un test  chez un médecin, une prise de sang  va bien souvent identifier  certains problèmes, et vous allez très  clairement pouvoir savoir quoi éviter  et pendant combien de temps.

  Malgrè tout, ce test n’est pas extrêmement  efficace .Les tests sanguins peuvent donc  être un premier moyen de dépister des  choses, mais pour moi ce n’est pas le moyen  le plus efficace, mais juste une  méthode de plus sur laquelle s’appuyer pour la  suite. La méthode la plus efficace  pour savoir si vous êtes intolérants ou  sensibles à un aliment ou à une catégorie d’aliments  c’est l’éviction  totale de tous les aliments  que vous suspectez pendant  20 jours. ça veut dire que pendant  20 jours, vous allez arrêter de manger  tous ces  aliments en même temps.  ça peut paraître énorme comme tâche  mais ce n’est que 20 jours et croyez-moi dans  une vie c’est très peu par rapport à ce que  vous pouvez gagner si vous identifiez  l’aliment ou les aliments  qui vous posent problème.

La phase réintroduction

Lorsque cette  période d’éviction totale des aliments  que vous soupçonnez est terminée,  réintroduisez-les  un par un, à intervalle de 5  jours. Ce n’est pas un  chiffre totalement pris au hasard, on sait  que les aliments prennent 3  à 5 jours pour être totalement  digérés ou  évacués, et donc ça va vous permettre  de savoir quel aliment vous pose problème  ou pas. Si  par exemple vous avez éliminé les produits laitiers  le gluten et les cacahuètes  qui peuvent être aussi très allergisantes,  commencez donc pendant les 2  premiers jours par réintroduire un petit  peu de gluten à un ou deux repas  chaque jour. Vous allez très rapidement  pouvoir observer les symptômes  et voir comment votre corps réagit.

  Ça demande aussi que vous soyez à l’écoute  et à l’observation de votre corps.  Observez non seulement vos phénomènes digestifs  mais aussi comment votre tête fonctionne  est-ce que vous êtes de bonne humeur, est-ce que vous êtes  fatigués, est-ce que vous êtes en forme, c’est aussi  très très important de comprendre que  l’intestin a des conséquences énormes  sur votre tête et votre  humeur. Laissez ensuite passer quelques jours,  et introduisez  l’autre produit, en l’occurrence les  produits laitiers, et vous verrez  assez vite de nouveau l’évolution  des symptômes. Petit à petit,  ça va vous permettre de réintroduire les aliments  que vous semblez tolérer, en tout cas en  petite quantité, et d’éliminer  complétement ceux qui de toute évidence  vous font du mal au niveau digestif.

Garder la même méthode

  Par la suite je vous conseille de  garder ce phénomène de rotation  de 4 à 5 jours, ça veut dire  que si vous soupçonnez un aliment  et qu’il vous semble ne pas vous créer  trop de torts, ne le consommez pas  quotidiennement, veillez à le consommer  tous les 4 à 5 jours  en petit quantité, et ce sera le  meilleur moyen d’éviter une surcharge  et l’incapacité pour votre corps  de digérer cet aliment.  Si lorsque vous allez procéder à ce  phénomène d’éviction, les choses  ne vont pas encore mieux ou pas comme vous  le souhaitez, je vous invite à  consulter un spécialiste,  cherchez à consulter quelqu’un qui s’y connait  en alimentation, parfois on est un peu  déçus de certains gastro-entérologues, j’en sais quelque  chose, parce qu’ils s’intéressent seulement  immédiatement au  côlon ou à l’intestin, et pas  forcément au bon fonctionnement  de votre processus  alimentaire.